OISEAUX DE PARIS

BIRDS OF PARIS - SOUNDSCAPE FROM ILE DE FRANCE

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA613

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


2
-15%
"Bien que la région parisienne représente une densité humaine incomparable (près d’un quart de la population française !), il existe dans Paris intra muros et alentours, des milieux naturels bien particuliers qui recèlent une dimension sonore unique. Leur spécificité sonore est due aux différentes espèces d’oiseaux qui composent la musicalité de ces concerts naturels. Les bio-acousticiens François Charron et Pierre Huguet nous les présentent dans cet ouvrage à travers, d’une part, quatre paysages sonores – véritables concerts naturels –, puis dans un guide d’identification différencié des principales espèces communes."

Patrick Frémeaux

Droits audio : Frémeaux & Associes - Ecouter la nature - La Librairie Sonore.

Frémeaux & Associés , première maison francophone de disques  muséographiques de la culture et de l'histoire de l'humanité, témoigne de l'environnement des hommes et dresse un panorama de tous les milieux illustrés par les sons des éléments naturels et des animaux (en particulier le chant des oiseaux). Editeur de guides d'espèces, de paysages naturels, de cultures humaines primitives proche des sons de la nature; La Librairie Sonore - Frémeaux & Associés fédèrent tous les labels phonographiques (Sittelle, Ceba, Pithys, Biosound, Collection Allain Bougrain Dubourg) pour constituer le premier catalogue sonore des écosystèmes, une mémoire permanente du vivant et de la biodiversité acoustique dans une approche auditive à vocation écologique et pédagogique.
Claude Colombini

Oiseaux de Paris

OISEAUX DE PARIS
BIRDS OF PARIS 
SOUNDSCAPES FROM ILE DE FRANCE






Les oiseaux de Paris
La région de Paris correspond à la partie centrale du bassin parisien. Son relief est caractérisé par une série de bas plateaux d’altitude moyenne 150 m, entrecoupés de vallées dont l’encaissement reste faible. Le climat est intermédiaire entre les types océanique et atlantique. Les précipitations sont peu abondantes, mais le nombre de jours de pluie, ou de temps couvert, est assez élevé. Les cours d’eau sont relativement nombreux, avec un débit assez régulier. Peu nombreux, les marais subsistent essentiellement dans les fonds de vallées. Les étangs sont également peu nombreux. En revanche, les anciennes sablières donnent naissance à un assez grand nombre de plans d’eau qui deviennent parfois des zones intéressantes pour la faune sauvage. La végétation naturelle est essentiellement forestière, avec une prédominance de feuillus. La région offre un vaste choix de grandes forêts disposées sur une double couronne, entre 10 et 60 km de Paris, et pour une superficie de plus de 200.000 ha. C’est cependant le paysage agricole qui domine, avec les grandes cultures sur les plateaux et les prairies et cultures maraîchères dans les vallées. Les friches et les terrains en jachère ont pris une certaine importance avec la Politique Agricole Commune. Les espaces verts urbains et les principaux jardins parisiens ne sont pas dénués d’intérêt pour les oiseaux. La faune sauvage autour de Paris ne comporte pas d’espèce propre à la région; cependant, la variété des milieux induit une assez grande diversité. Les forêts représentent les milieux naturels les plus remarquables d’Ile de France. Riches en Passereaux et en Pics, elles abritent aussi de belles populations de Cerfs, Chevreuils et Sangliers. Renard, Belette, Martre et Ecureuil se rencontrent également. Sur les étangs, on observe la plupart des Canards et des petits Echassiers (surtout en hiver et au passage). Avec les mares, marais et anciennes sablières remises en eau, les zones humides hébergent un beau cortège d’amphibiens et d’insectes. Les plaines accueillent Alouettes, Bruants, Faucon crécerelle, Perdrix. En hiver, de grandes troupes de Mouettes rieuses, Pigeons ramiers, Corbeaux freux et Choucas animent les labours. Landes, friches, terrains abandonnés et lisières de forêt accueillent aussi une belle variété de Sauterelles, Grillons et Criquets. Enfin, les parcs, les jardins et les habitations humaines offrent un refuge à nombre d’espèces d’oiseaux et de mammifères (Hérisson, Fouine, Chauve-souris). L’urbanisation galopante se poursuit et les espaces libres disparaissent au profit de la multiplication des voies de communication, de la création de villes nouvelles ou de l’extension de celles existantes. Avec une population de près de 15 millions d’habitants (le quart de la population française), les milieux naturels sont soumis à une forte fréquentation. Les sites bénéficiant d’une protection restent trop peu nombreux. Cependant, la prise en compte de l’intérêt biologique des sites dans les aménagements s’améliore, grâce, notamment, à l’action des nombreuses associations de protection de la nature et au public de plus en plus sensibilisé par sa sauvegarde. Puisse cet ouvrage y contribuer !
François CHARRON
© 2006 FRÉMEAUX & ASSOCIÉS

CONCERTS (index 1 à 4)
Les chiffres entre parenthèses renvoient aux index de la partie Identification.

1. Bois et Forêts, Landes, Friches  durée : 24’28’’
En cette fin d’hiver, les chants des Rouges-gorges (5), des Merles noirs (6), des Chouettes hulottes (7) et des Pigeons ramiers (14) forment le premier chœur de l’aube dans la forêt. Leur succèdent les trilles perçantes d’un Troglodyte mignon (11), les crépitements d’une troupe de Grosbecs (8), les sifflets d’une Sittelle torchepot (9) et le chant nasillard d’un Pic mar (10). Viennent ensuite le rythme cristallin d’une Mésange charbonnière (12), le rire d’un Pic vert (13) et les roucoulements des Pigeons ramiers (14). Un Pic épeiche (15) retrouve son tambour favori, d’autres lui répondent. Au loin, un Pigeon colombin, un Faisan et une Corneille noire se font parfois entendre. De sa note argentine, un Pouillot véloce (16) donne enfin le tempo. Les claquements d’ailes d’un couple de Pigeons ramiers (14) en parade, le sifflet plaintif d’un Bouvreuil pivoine (17) qui passe, la phrase insistante d’une Mésange nonnette (18) et les chants d’un Rouge-gorge (5) et d’une Mésange charbonnière (12) se mêlent. De ce fouillis sonore émergent les voix de deux Coucous gris (20), fraîchement arrivés d’Afrique, et d’un Chevreuil (19) excité dont les aboiements résonnent dans le vallon. Ce beau jour de printemps qui se lève sur la lande de bouleaux, de bruyères et de rochers aura bientôt raison du crépusculaire Engoulevent d’Europe (21), dont le ronronnement et les claquements d’ailes sont déjà accompagnés par les chants d’un Merle noir (6), d’un Pipit des arbres (22) et d’un Troglodyte (11). Il est midi. La chaleur monte, la brise (23) se lève. Seul un Pouillot fitis continue de chanter. C’est l’été. Ce duo de Cigales rouges (24), rencontrées près d’une rivière, rivalise avec les cris et les chants d’un Pouillot véloce (16), d’un Pinson des arbres (25), d’une Fauvette à tête noire (36) et, enfin, d’une Fauvette des jardins (26). Au cœur de l’été, cette pelouse calcaire s’anime des allées et venues des Guêpes, Abeilles et Mouches et du bruissement des Criquets mélodieux (27). Le soir venu, c’est le concert apaisant des Grillons d’Italie (28), ponctué par les fines stridulations d’une Decticelle chagrinée, d’une Grande Sauterelle verte et du rare Grillon bordelais. Déjà la fin de l’été, et le début de l’automne. Les nuits fraîchissent et se remplissent des brames et des combats des Cerfs élaphes (29) en rut. Les chutes de glands et de châtaignes se mêlent à la pluie (30) : la mauvaise saison est là, la nature s’endort.

2. Marais, Etangs et Sablières  durée : 12’00’’
Le printemps est revenu. Au cœur de cette nuit de mai, la prairie humide vibre au chant musical et plein d’imitations de deux Rousserolles verderolles (31), délicatement soutenu par deux choeurs de Rainettes vertes (32). Mais déjà l’aube pointe, et une immense rumeur s’élève du marais : le dortoir d’Etourneaux sansonnets (33) se réveille. A leur tour, les Mouettes rieuses (34) s’agitent. Une femelle de Fuligule milouin (35) crie en vol, une Fauvette à tête noire (36) proche chante à pleine voix, tandis qu’un Héron cendré (37) manifeste sa présence et que les Etourneaux (33) s’envolent dans toutes les directions. Passant à ras des microphones, les Hirondelles de rivage (38) viennent nourrir leurs petits tapis au fond des terriers creusés dans un talus de la sablière.

3. Champs, Cultures, Villages  durée : 4’59’’
Le ciel pâlit au-dessus des champs. Les Alouettes (40) montent dans le ciel et la Caille des blés (39) répète son chant “Paie tes dettes”. On entend aussi le cri plaintif d’un jeune Hibou moyen-duc puis deux Merles noirs (6) et une Fauvette grisette. Le jour se lève aussi au village. A peine soulignés par le bruissement léger du ruisseau, les chants et les claquements d’ailes des Tourterelles turques (41), les piaillements des Moineaux domestiques (42), les chants d’un Troglodyte (11), d’un Merle noir (6), d’une Fauvette à tête noire (36), des Pigeons ramiers (14) et les cris stridents des Martinets noirs (43) dans le ciel, donnent un concert matinal familier.

4. Parc à Paris  durée : 2’49’’
Tandis que les coureurs et les promeneurs arpentent les allées, des Pigeons bizets (44) roucoulent à en perdre haleine. C’est tout juste s’ils s’inquiètent du passage d’un Faucon crécerelle (45) retrouvant son partenaire à l’aire qu’ils se sont construites dans le haut du monument. Un Rougequeue noir (46) à la voix de papier froissé y trouve lui aussi son habitat. Dans les grands arbres autour, une Grive musicienne et une Mésange charbonnière (12) animent le parc de leurs chants vigoureux.

François CHARRON
© 2006 FRÉMEAUX & ASSOCIÉS


English notes:
Birds of Paris
The Paris agglomeration occupies the central part of the Paris watershed. The terrain is characterised by a series of low plateaus with an average altitude of 150 metres above sea-level, cut through by shallow valleys. The climate is intermediate between Atlantic and oceanic. Rainfall is relatively low, but the number of days with rain or cloud cover is quite high. There is a relatively high number of rivers and streams with a more or less regular flow. Marshes are rare and occur mainly in valley bottoms. There are relatively few lakes. On the other hand, disused gravel pits have become flooded to form a large number of lakes that are sometimes interesting for their populations of birds. The natural vegetation is mainly that of forest, predominantly deciduous. The region has many large forests lying mainly in two circles, 10 and 60 kilometres from Paris, and covering more than 200,000 hectares. It is however agricultural land that dominates, with extensive crops on the plateaus and crops and market gardens in the valleys. Scrub and set-aside has become important with the application of the Common Agricultural Policy. Urban green areas and the Paris parks aren’t without ornithological interest. Wildlife of the Paris region has no particular species; however the large variety of habitats means for a large diversity of species. Forests are the most remarkable natural habitat in the region. They shelter many passerines and woodpeckers, and also have healthy populations of Red and Roe Deers and Wild Boar. Fox, Weasel, Pine Martin and Red Squirrel also occur. Most of the more regular duck and waders occur on the water bodies (especially in winter and whilst on migration). The ponds, marshes and flooded gravel pits shelter a wide range of amphibians and insects. The plains are frequented by larks, buntings, Kestrel and partridges. In winter large flocks of Black-headed gulls, Wood Pigeons, Rooks and Jackdaws bring ploughed fields to life. Heaths, scrub, derelict land and forest edge hide a large variety of grasshoppers and crickets. Finally, parks, gardens and human habitations provide shelter for numerous species of birds and mammals (Hedgehog, Beech Martin, bats). Urban sprawl continues a pace with the resulting loss of open spaces to communication networks, new towns and expanding existing ones. With a population of nearly 15 million (a quarter of the French population) there’s a lot of visitor pressure on natural habitats. There are far too few protected sites. However, biological interests are being taken more into consideration in planning decisions, thanks, mainly, to the work of various nature conservation organisations and to a public more and more aware of the need for protection. We hope this work will contribute.
François CHARRON
English translation by Tony WILLIAMS
© 2006 FRÉMEAUX & ASSOCIÉS

Concerts (Indexes 1 to 4)
Numerals within parentheses refer to the corresponding part in the identification section.

1. Woodland and Forest, Heath, Scrub playing time : 24’28”
As winter comes to an end, Robin (5), Blackbird (6), Tawny Owl (7) and Wood Pigeon (14) song makes-up the first forest dawn chorus. This is followed by the Wren’s (11) piercing trill, the clicking notes of a flock of Hawfinches (8), a Nuthatch’s whistles (9) and the Middle Spotted Woodpecker’s nasal song (10). Next comes the Great Tit’s crystalline rhyme (12), the Green Woodpecker’s laugh (13) and Wood Pigeon’s cooing (14). A Great Spotted Woodpecker (15) uses its favourite drumming place, to which others reply. In the distance, Stock Dove, Pheasant and Carrion Crow can occasionally be heard. With its clear notes a Chiffchaff (16) eventually gives the tempo. At the same time, a pair of Woodpigeon (14) give their wing-clapping display flight as a passing Bullfinch (17) gives its plaintive whistle, there’re the insistent Marsh Tit’s (18) phrase and songs of a Robin (5) and Great Tit (12). From this jumble of sounds emerges the calls of two cuckoos (20) newly arrived from Africa and the barks of an excited Roe Deer echo in the valley. This fine spring dawn rising over a heath of silver birch, heather and rocky outcrops will soon silence the crepuscular Nightjar’s song and wing-clapping (21), already accompanied by the song of a Blackbird (6), a Tree Pipit (22) and a Wren (11). It’s midday, the temperature’s rising, the breeze (23) increases. Only the Willow Warbler continues singing. It’s summer. A duet by Red Cicadas (24) found near a river, rivals the calls and song of a Chiffchaff (16), a Chaffinch (25), a Blackcap (36) and towards the end, a Garden Warbler (26). In the middle of summer, a limestone hillside is enlivened with sound of the comings and goings of Wasps, Bees and Flies and of the murmur of Bow-winged Grasshoppers (27). Once evening arrives, there’s the soothing concert of Italian Crickets (28), interrupted with the fine stridulating of a Grey Bush-cricket, a Great Green Bush-cricket and the rare Bordeaux Cricket. It’s already the end of summer, early autumn. The evenings are cooler and are filled with the rutting calls of Red Deer stags (29). The sound of falling acorns and chestnuts mixes with that of the rain (30): winter is approaching; the natural world goes to sleep.

2. Marshes, Lakes and Gravel Pits playing time: 12’00”
Spring has returned. In the middle of the night in May, a wet meadow vibrates with the musical song of two Marsh Warblers (31) with their many imitations, with a chorus of European Tree Frogs (32). Dawn approaches, there’s a rumble over the marsh: Starlings (33) waken in their roost. In their turn, Black-headed Gulls (34) become lively. A female Pochard (35) calls in flight, a nearby Blackcap (36) is in full song, whereas a Grey Heron (37) reveals its presence and Starlings (33) leave in every direction. Passing just in front of the microphone, Sand Martins (38) come to feed their young at the back of a tunnel dug into the sandbank.

3. Fields, Crops and Villages  playing time: 4’59”
The sky clears over the fields. Sky Larks (40) climb into the sky as the Quail (39) repeats its “wet-my-lips” song. It’s also possible to hear the plaintive call of a young Long-eared Owl, then two Blackbirds (6) and a Whitethroat.Sunrise over the village. Hardly muffled by the slight sound of the stream, there’s the wing-clapping and song of Collared Doves (41), chirping of House Sparrows (42), the song of a Wren (11), a Blackbird (6), a Blackcap (36), Woodpigeons (14) and the piercing calls of Swifts (43) in the sky, making up a familiar dawn chorus.

4. A Paris park  playing time: 2’49”
As the walkers and joggers move this way and that along the paths, the Feral Pigeons (44) coo as if they’ll never loose their breath. They only slightly react to a passing Kestrel (45) which rejoins its mate at the nest they’ve built at the top of a monument. A Black Redstart (46) with a voice like crumpling paper is also in its habitat. From surrounding trees, a Song Thrush and a Great Tit (12) animate the park with their vigorous
singing.

François CHARRON
English translation by Tony WILLIAMS
© 2006 FRÉMEAUX & ASSOCIÉS


Bibliographie :
Bossus A., Charron F., Guide des chants d’oiseaux d’Europe occidentale, livre + 2 CD, Delachaux et Niestlé, 2003


Enregistrements et mixage : François Charron
Masterisation : Pierre Huguet
Texte : François Charron
Photos : Pierre Huguet © 2006 Frémeaux & Associés
Couverture : X pour Pierre Huguet © 2006 Frémeaux & Associés
Durée : 1h 8’16’’

CD OISEAUX DE PARIS. BIRDS OF PARIS  (SOUNDSCAPES FROM ILE DE FRANCE) © Frémeaux & Associés
Droits audio : Frémeaux & Associés - La Librairie Sonore (Producteur initial : Sittelle, Pithys, Collection Allain Bougrain Dubourg ou Ceba) / Ecouter les chants d'oiseaux sur CD : Sons et ambiances naturelles des écosystèmes - Stéreo and digital recording of the natural landscape sound. Natural sound sceneries of écosystems, Voices of the Wild Life. Les droits de cet enregistrement sont protégés par la loi. Pour toute exploitation d’illustration sonore sur CD, DVD, CD-Rom, Télévision, Cinéma, Sites internet, scénographies (théâtre, musées…), l’autorisation et un devis gratuit peuvent être obtenus auprès de Frémeaux & Associés – fax : +33 (0)1 43.65.24.22
info@fremeaux.com




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
01 BOIS ET FORETS LANDES FRICHES - SONS DE LA NATURE24'28
02 MARAIS ETANGS ET SABLIERES - SONS DE LA NATURE12'00
03 CHAMPS CULTURES VILLAGES - SONS DE LA NATURE04'59
04 PARC A PARIS - SONS DE LA NATURE02'49
05 Rougegorge familier - Robin (Erithacus rubecula)00'50
06 Merle noir - Common Blackbird (Turdus merula)00'46
07 Chouette hulotte - Tawny Owl (Strix aluco)00'26
08 Gros-bec casse-noyaux - Hawfinch (Coccothraustes coccothraustes)00'27
09 Sittelle torchepot - Wood Nuthatch (Sitta europaea)00'19
10 Pic mar - Middle Spotted Woodpecker (Dendrocopos medius)00'23
11 Troglodyte mignon - Winter Wren (Troglodytes troglodytes)00'39
12 Mésange charbonnière - Great Tit (Parus major)00'24
13 Pic vert - Green Woodpecker (Picus viridis)00'24
14 Pigeon ramier - Wood-Pigeon (Columba palumbus)00'28
15 Pic épeiche - Great Spotted Woodpecker (Dendrocopos major)00'39
16 Pouillot véloce - Common Chiffchaff (Phylloscopus collybita)00'36
17 Bouvreuil Pivoine - Bullfinch (Pyrrhula pyrrhula)00'26
18 Mésange nonnette - Marsh Tit (Parus palustris)00'24
19 CHEVREUIL - SONS DE LA NATURE00'33
20 Coucou gris - Common Cuckoo (Cuculus canorus)00'22
21 Engoulevent d'Europe - Eurasian Nightjar (Caprimulgus europaeus)00'32
22 Pipit des arbres - Tree Pipit (Anthus trivialis)00'33
23 VENT - SONS DE LA NATURE00'34
24 CIGALE ROUGE - SONS DE LA NATURE00'46
25 Pinson des arbres - Chaffinch (Fringilla coelebs)00'45
26 Fauvette des jardins - Garden Warbler (Sylvia borin)00'42
27 CRIQUET MELODIEUX - SONS DE LA NATURE00'17
28 GRILLON D ITALIE - SONS DE LA NATURE00'36
29 CERF ELAPHE - SONS DE LA NATURE00'51
30 PLUIE - SONS DE LA NATURE00'25
31 Rousserolle verderolle - Marsh Warbler (Acrocephalus palustris)00'42
32 RAINETTE VERTE - SONS DE LA NATURE00'47
33 Étourneau sansonnet - Common Starling (Sturnus vulgaris)00'32
34 Mouette rieuse - Black-headed Gull (Larus ridibundus)00'31
35 Fuligule milouin - Common Pochard (Aythya ferina)00'18
36 Fauvette à tête noire - Blackcap (Sylvia atricapilla)00'43
37 Héron cendré - Grey Heron (Ardea cinerea)00'19
38 Hirondelle de rivage - Sand Martin (Riparia riparia)00'33
39 Caille des blés - Common Quail (Coturnix coturnix)00'37
40 Alouette des champs - Skylark (Alauda arvensis)00'44
41 Tourterelle turque - Eurasian Collared-Dove (Streptopelia decaocto)00'37
42 Moineau domestique - House Sparrow (Passer domesticus)00'32
43 Martinet noir - Common Swift (Apus apus)00'46
44 Pigeon biset - Rock Dove (Columba livia)00'49
45 Faucon crécerelle - Common Kestrel (Falco tinnunculus)00'33
46 Rougequeue noir - Black Redstart (Phoenicurus ochruros)00'29
« Un document de très bonne qualité » par Alauda (Société d’études ornithologiques de France)

Ce CD audio présente les chants et cris de soixante espèces d’oiseaux nichant dans Paris (Bois de Boulogne et Bois de Vincennes compris) ou de passage régulièrement au moment de leur migration. Un document de très bonne qualité.
E.B.-H. - ALAUDA (SOCIETE D’ETUDES ORNITHOLOGIQUES DE FRANCE)




"La mise en valeur du patrimoine naturel" par l’Ornithologue

La région de Paris correspond à la partie centrale du bassin parisien. Son relief est caractérisé par une série de bas plateaux d’altitude moyenne de 150 mètres, entrecoupés de vallées dont l’encadrement reste faible. Le climat est intermédiaire entre les types océanique et atlantique. Les précipitations sont peu abondantes, mais le nombre de jour de pluie ou de temps couvert est assez élevé. Les cours d’eau sont relativement nombreux, avec un débit assez régulier. Ces notes, empruntées au livret des auteurs, situe admirablement l’hydrologie, le climat et la géographie des lieux qu’ils ont parcouru pour effectuer leurs enregistrements en Ile de France, dont les forêts naturelles abritent de belles populations de Passereaux, de Pics et de Cerfs, Chevreuils et Sangliers. Renards, Belettes, Martres et Ecureuils vivent aussi dans ces milieux boisés et bocagers. Avec une population de près de 15 millions d’habitants, soit le quart de la population française, on conçoit aisément que l’avifaune et la faune sont soumises à très forte fréquentation et doivent survivre malgré cette pression humaine. Leurs auteurs présentent leurs différents concerts par biotopes, soit bois et forêts, landes, friches (d’une durée de 24’28" ); marias , étangs et sablières (d’une durée de 12’00 "); champs, cultures et villages (d’une durée de 4’59 ") et enfin les parcs de Paris (d’une durée de 2’45 "). Dans ce très bon enregistrement de techniciens confirmés, nous ne retrouvons pas moins de 46 espèces dont quelques insectes et amphibiens. On peut se rendre compte que, malgré la pression démographique, l’architecture de la capitale et les terrains vagues de plus en plus réduits en raison de l’acharnement des promoteurs à tout bâtir, la faune et l’avifaune peuvent encore enchantée les Parisiens et garder à la ville Lumière de beaux coins de verdure. Pourvu que cela dure, comme disait la mère de Napoléon Bonaparte. C’est tout le mal que nous souhaitons aux Parisiens et à nos auteurs sous rubrique qui doivent être autrement loués pour leur travail impeccable, la mise en valeur du patrimoine naturel de la Capitale et espérer le protéger en tout ou en partie! - L’ORNITHOLOGUE