À L’OMBRE DES JEUNES FILLES EN FLEURS - VOL.2 - MARCEL PROUST

À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU - L’ESSENTIEL LU PAR DANIEL MESGUICH

Plus de détails

Artiste DANIEL MESGUICH
Format : Livre Audio WAV
Livret : 8 PAGES
Nombre de CDs : 4
Version : Texte abrégé


29,99 € TTC

FA8132

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


Frémeaux & Associés propose une anthologie d’À la recherche du temps perdu. La quintessence du chef-d’oeuvre de Marcel Proust est ici choisie avec soin et finesse par Paul Desalmand puis transmise, avec une justesse et une maîtrise de la langue remarquables, par Daniel Mesguich qui met tout son talent au service de la beauté et du sens du texte. Un voyage au coeur de cette oeuvre immense et grandiose dans laquelle Marcel Proust peint avec précision, humour et subtilité les circonvolutions de la psychologie humaine. À l’ombre des jeunes filles en fleurs. De Paris à Balbec, ce deuxième volet de la Recherche évolue de l’univers parental rassurant au petit Monde de Normandie où voyage le narrateur au côté de sa grand-mère. Temps du changement et des émois amoureux, il s’éloigne de Gilberte pour mieux rencontrer Albertine. C’est en bord de mer, là où l’écrêtement des vagues laisse voguer la mélancolie, que notre héros proustien, encouragé par le Marquis de Norpois, se consacre à sa vocation littéraire. Comme une mise en abyme de cette inclination artistique, Daniel Mesguich continue ici à manier avec brio la langue dense et majestueuse de Marcel Proust, poursuivant ainsi sa déambulation littéraire dans cette oeuvre intemporelle.

Claude COLOMBINI FRÉMEAUX

A l'ombre des jeunes filles en fleurs FA8132

Marcel Proust
À la recherche du temps perdu
À l’ombre des jeunes filles en fleurs

LU PAR Daniel Mesguich









À l’ombre des jeunes filles en fleurs
Marcel Proust


CD 1 - Autour de Mme Swann I
Deux ans se sont passés depuis la fin d’Un amour de Svann, élément central du tome précédent. Y étaient décrites les turbulences de la liaison entre Swann et Odette de Crécy. On les retrouve mariés, au début de ce tome II, sans que rien n’ait été dit sur la façon dont ce mariage a été amené et sur la manière dont la cérémonie s’est déroulée. Cette union conduit Svann à descendre d’un cran dans le niveau de ses relations sociales.
1    Une classe en dessous pour Swann, I    4’12
2    Une classe en dessous pour Swann, II    5’01

Le Narrateur a beaucoup fantasmé sur cette grande actrice qu’est la Berma. Il réussit à obtenir de ses parents l’autorisation d’aller l’entendre dire quelques scènes de Phèdre. C’est le marquis de Norpois, ancien ambassadeur, qui a décidé ses parents à lui donner cette autorisation, comme il les décide à accepter le choix de leur fils pour la carrière des lettres.
3    La Berma. Norpois, I    5’07
4    La Berma. Norpois, II    5’00
5    La Berma. Norpois, III    4’55
6    La Berma. Norpois, IV    4’22

Après la mort de la tante Léonie, Françoise quitte Combray pour Paris, se mettant au service des parents du Narrateur.
7    Françoise    4’37

Rien n’avait été dit sur le mariage Swann-Odette, mais le récit revient sur la question à partir des considérations émises par Norpois.
8    Sur le mariage Swann-Odette, I    5’30
9    Sur le mariage Swann-Odette, II    4’31
10    Sur le mariage Swann-Odette, III    5’29

Gilberte, la fillette entr’aperçue au temps de Combray a pris quelques années. Les adolescents se retrouvent aux Champs-Élysées et jouent. Ici, mais c’est exceptionnel, le jeu n’est pas tout à fait innocent.
11    Gilberte. Jeux de mains    5’27

Dans Du côté de chez Swann, le Narrateur avait déjà fait part de sa volonté d’opter pour la carrière des lettres et de son immense admiration pour un écrivain nommé Bergotte. Ici, il rencontre cet écrivain tant admiré, ce qui est l’occasion d’une réflexion sur l’écriture.
12    Bergotte, I    5’23
13    Bergotte, II    5’42
14    Bergotte, III    5’50
15    Bergotte, IV    4’56


CD 2 - Autour de Mme Swann I
Gilberte prend de plus en plus d’importance à la fin de cette première partie. Le Narrateur lui est lié mais il fréquente aussi ses parents. Ici il constate un fort attachement et une ressemblance entre la fille et son père.
1    Gilberte et son père, I    6’48
2    Gilberte et son père, II    6’47

Les relations avec Gilberte sont difficiles. Le Narrateur oscille entre l’espoir et le désespoir, pousse à la brouille puis devient obsédé par l’idée de réconciliation.
3    Gilberte. Incertitudes de l’amour, I    7’32
4    Gilberte. Incertitudes de l’amour, I    4’56
5    Gilberte. Incertitudes de l’amour, I    6’30
6    Gilberte. Incertitudes de l’amour, I    5’03

Ce 1er janvier et les jours qui suivent sont pénibles parce que le Narrateur ne reçoit pas la lettre attendue. Il a de la peine à admettre l’idée que tout soit fini.
7    Gilberte. La fin ? I    5’49
8    Gilberte. La fin ? II    6’00
9    Gilberte. La fin ? III    5’36

La première partie intitulée « Autour de Mme Swann » s’était ouverte sur Odette mariée et installée. Elle se termine sur Odette, resplendissante comme une reine, se promenant au Bois de Boulogne. Dans les pages qui précèdent, le narrateur revient une dernière fois sur ses amours difficiles avec Gilberte.
10    Gilberte : Ultimes souffrances. Mme Swann au bois, I    5’25
11    Gilberte : Ultimes souffrances. Mme Swann au bois, II    4’46
12    Gilberte : Ultimes souffrances. Mme Swann au bois, III    6’41
13    Gilberte : Ultimes souffrances. Mme Swann au bois, IV    6’49


CD 3 - Nom de pays : Pays

Il se produit une totale rupture entre la première partie d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs et la seconde partie. On quitte Paris pour Balbec, station balnéaire de la côte normande. Privé de ses parents, le Narateur découvre des lieux nouveaux, se fait de nouvelles relations et Albertine remplace Gilberte. Le premier départ pour Balbec se fait en train.
1    En train pour Balbec, I    5’54
2    En train pour Balbec, II    5’14

Dans cet endroit entièrement nouveau pour le Narrateur, sa grand-mère, qui se montre très attentionnée, lui est d’un précieux secours.
3    Une grand-mère attentionnée, I    4’36
4    Une grand-mère attentionnée, II    3’55

Le Narrateur, qui fait preuve d’une grande sensibilité, s’amourache facilement. Melle de Stermaria, venue en vacances à Balbec en compagnie de son père, retient un temps son attention.
5    Melle de Stermaria    5’03

Françoise, venue elle aussi à Balbec, ne tarde pas à s’y trouver à l’aise, s’étant tissé un réseau de relations auxquelles elle accorde un grand prix.
6    Les relations de Françoise    4’01

Mme de Villeparisis est une amie d’enfance de la grand-mère. Elle l’emmène, ainsi que le Narrateur, dans ses promenades.
7    Promenades avec Mme de Villeparisis, I    6’42
8    Promenades avec Mme de Villeparisis, II    6’18

Au cours de l’une de ces promenades avec Mme de Villeparisis, le Narrateur voit un groupe d’arbres qui le frappe profondément. Il a le sentiment que cette forte impression tient à une relation avec un élément de son passé, mais il n’arrive pas à percer le mystère.
 9     Les arbres   

L’hôtel est un lieu de rencontre. Robert de Saint-Loup, petit neveu de Mme de Villeparisis, après avoir marqué ses distances, prend en sympathie la grand-mère et se lie d’amitié avec le Narrateur.
10    Saint-Loup, I    4’19
11    Saint-Loup, II    4’18

Bloch et ses sœurs font partie de la « colonie juive » en villégiature à Balbec. Il avait déjà rencontré le Narrateur à Combray et c’est lui qui lui avait fait découvrir Bergotte. Il est l’occasion d’une réflexion sur l’amitié.
12    Bloch, I    4’51
13    Bloch, II    4’34
14    Bloch, III    5’29

Le baron Charlus, oncle de Saint-Loup, lui aussi un Guermantes, est évoqué brièvement. Le Narrateur commence par le prendre pour un fou,
15    Charlus    7’22

CD 4 - Nom de pays : Premier séjour à Balbec, jeunes filles au bord de la mer

La deuxième partie d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs a pour sous-titre : « Premier séjour à Balbec, jeunes filles au bord de la mer ». C’est à ce groupe de jeunes filles et en particulier à deux de celles qui en font partie que va être consacré toute la fin du livre.
1    Un groupe de jeunes filles sur la plage, I    4’43
2    Un groupe de jeunes filles sur la plage, II    4’11
3    Un groupe de jeunes filles sur la plage, III    5’28
4    Un groupe de jeunes filles sur la plage, IV    5’56
5    Un groupe de jeunes filles sur la plage, V    7’01

Le Narrateur distingue bien les particularités des différentes jeunes filles mais il a en même temps une perception globale de la « petite bande ». Pourtant, il marque une préférence pour Albertine qu’il réussit à rencontrer chez le peintre Elstir.
6    Rencontre d’Albertine, I    7’16
7    Rencontre d’Albertine, II    8’12

Albertine continue d’obséder le Narrateur. C’est l’occasion d’un long développement sur la nature de l’amour.
8    Une préférence pour Albertine, I     5’14
9    Une préférence pour Albertine, II    7’18
10    Une préférence pour Albertine, III     7’28

Fin de saison à Balbec. Le mauvais temps arrive, les jeunes filles de la bande s’en vont. Le roman se termine cependant sur une note ensoleillée.
11    Fin de saison à Balbec, I    4’46
12    Fin de saison à Balbec, II    5’41


À L’OMBRE DES JEUNES FILLES EN FLEURS


À la recherche du temps perdu est un roman dont la matière se répartit en sept tomes qui sont :
1. Du côté de chez Swann (1913).
2. À l’ombre des jeunes filles en fleurs (1919).
3. Le Côté de Guermantes (1920-1921).
4. Sodome et Gomorrhe (1921-1922).
5. La Prisonnière (1923).
6. La Fugitive (1926).
7. Le Temps retrouvé (1927).

Une très riche documentation sur Proust dans le « Quid » qui figure au début du tome I de la Recherche dans la collection Bouquins. Sur l’homme, il faut lire Monsieur Proust dû à celle qui durant les neuf dernières années de sa vie lui a été entièrement dévouée. Nous nous contenterons de fournir la documentation susceptible de faciliter la compréhension des passages lus.

À L’OMBRE DES JEUNES FILLES EN FLEURS
À l’ombre des jeunes filles en fleurs, le deuxième tome de la série, comporte deux parties :
1. Autour de Mme Swann.
2. Noms de pays : le pays.
La première partie est située à Paris, la seconde à Balbec, station balnéaire de la côte normande. On retrouve plusieurs des thèmes présents dans Du côté de chez Swann : la mémoire affective, le couple Swann-Odette, la vocation littéraire du narrateur, l’action du temps, Gilberte. Mais avec Balbec, c’est tout un univers nouveau qui apparaît.

AUTOUR DE Mme SWANN

Deux années séparent la fin du tome I du début du tome II. Durant cette période, Swann a épousé Odette de Crécy. On les trouve installés dans un bel appartement. Swann, par ce mariage, est descendu d’un cran dans l’échelle sociale, mais il s’en accommode. Il n’a d’ailleurs pas rompu avec ses anciennes relations, et il les voit en dehors d’Odette.
Cette partie aurait tout aussi bien pu s’appeler « Autour de Gilberte » car la fille d’Odette et de Swann, dont le Narrateur est amoureux, y joue un rôle important.

NOMS DE PAYS : LE PAYS
Cette deuxième partie a un sous-titre qui en exprime bien le contenu : « Premier séjour à Balbec, jeunes filles au bord de la mer ». Ballbec est un nom imaginaire donné par Proust à une station balnéaire de la côte normande. Il s’inspire pour l’évoquer, principalement de ses séjours à Cabourg, mais aussi des moments passés à Beg-Meil en Bretagne et à Évian en Haute-Savoie. Il procède de la même manière pour l’hôtel où se déroule une partie de l’action : il emprunte au Grand-Hotêl de Cabourg, mais aussi à l’hôtel des Roches-Noires de Trouville, au Splendid d’Évian et au Ritz de la place Vendôme à Paris.

CD 1
La lutte des classes

Il s’agit d’une lutte des classes bien particulière, qui se joue par salons interposés, avec divers degrés dans l’aristocratie et la bourgeoisie, et parfois interpénétration des milieux. Swann en épousant Odette est descendu d’un cran dans la hiérarchie, mais il continue de voir ses anciennes relations, en dehors d’Odette sauf dans les rares cas où on lui a demandé de la présenter. Les séquences 8, 9, 10 reviennent sur ce thème d’une relative déchéance.

La Berma
La Berma est la grande actrice du moment. Le Narrateur a beaucoup rêvé à son propos. Comme en d’autres endroits du livre, la rencontre du rêve et de la réalité se fait sur le mode de la désillusion. La Recherche n’est pas un roman à clés. Pour créer un personnage l’auteur fait appel à plusieurs « modèles ». Pour créer le personnage de la Berma, Proust s’est inspiré de Sarah Bernhardt, de Réjane et peut-être, aux dires d’un critique, de Mlle Bartet.

Françoise

Après la mort de tante Léonie dont elle était la domestique attitrée, Françoise a quitté Combray pour venir à Paris et se mettre au service des parents du Narrateur. Elle est très dévouée, très compétente mais elle a son quant-à-soi.

Norpois
Le marquis de Norpois, ancien ambassadeur, est un habitué des parents du Narrateur, parce qu’il dépend, comme le père du Narrateur, du ministère des Affaires étrangères. C’est un personnage assez médiocre, involontairement drôle par moments. Il joue un rôle important pour le Narrateur puisqu’il obtient de ses parents qu’il aille voir la Berma et qu’il opte pour une carrière littéraire et non pour la carrière diplomatique.

Gilberte
Le Narrateur retrouve aux Champs-Élysées Gilberte, la fille de Swann, entr’aperçue à Combray. Il est très amoureux mais ira, par la suite, vers une déconvenue.

Bergotte

Au temps de Combray, le Narrateur avait déjà le désir de choisir la carrière des lettres et il éprouvait une immense admiration pour un écrivain nommé Bergotte. II se trouve qu’il a l’occasion de le rencontrer. Comme en d’autres endroits du livre, la Berma ou l’église de Balbec par exemple, la confrontation du rêve et de la réalité débouche sur une désillusion. C’est l’occasion pour Proust de s’arrêter sur la question de la création littéraire et de souligner la différence entre le moi social de l’écrivain et le moi du créateur (thème de son livre Contre Sainte-Beuve).

CD 2
Gilberte, fille de Swann et d’Odette, occupe presque toute la place dans la deuxième moitié de la première partie. Le Narrateur, à l’époque de Combray, l’a vue brièvement dans le parc de Tansonville. C’était une petite fille blonde qui fait un geste jugé indécent par le Narrateur. Au début du tome II, et donc quelques années plus tard, le Narrateur la retrouve aux Champs-Élysées et joue aux barres avec elle. Il en est amoureux, mais, à la suite d’une brouille, il attend vainement une lettre qui pourrait être le prélude à une réconciliation. On apprendra, par la suite, dans La Prisonnière, qu’elle avait, à cette époque, une liaison avec un jeune homme. Elle réapparaît dans les tomes suivants, devenant, en particulier l’épouse puis la veuve de Saint-Loup.

CD 3
Changement de décor
Le passage de la première partie à la deuxième correspond à un complet changement de décor puisque l’on quitte Paris pour la côte normande, Balbec étant le lieu où se passe la quasi-totalité de l’action. Cette nouvelle résidence, qui le décontenance dans un premier temps, est l’occasion pour le Narrateur de se faire de nouvelles relations.

La grand-mère
Les parents du Narrateur étant retenus dans la région parisienne, celui-ci est venu à Balbec en compagnie de sa grand-mère et de Françoise, la domestique. Presque un double de la mère, la grand-mère, très attentionnée, aide le Narrateur à affronter la nouveauté des lieux et l’absence de ses parents.

Mlle de Stermaria
En vacances avec son père (elle est orpheline de mère) Alix de Stermaria suscite un émoi amoureux chez le Narrateur, mais sans résultats.

Françoise
Françoise est venue à Balbec se mettre au service du Narrateur et de sa grand-mère. Elle s’adapte vite à son nouvel univers, s’étant créé un réseau de relations auquel elle accorde un grand prix.

Mme de Villeparisis
La marquise de Villeparisis est la tante du duc et de la duchesse de Guermantes. Amie d’enfance de la grand-mère, elle la retrouve avec plaisir à Balbec. Elle invite le Narrateur dans ses promenades, lui fait des cadeaux et lui présente Saint-Loup qui est son petit-neveu. Elle se retrouve dans la suite de l’œuvre.

Saint-Loup
Robert de Saint-Loup, marquis de Saint-Loup-en-Bray, est aussi un Guermantes. Élégant, portant monocle, il garde dans un premier temps ses distances, puis se lie d’amitié avec le Narrateur. Dans la suite de la Recherche, il épouse Gilberte.

Bloch

Bloch et ses sœurs font partie de la « colonie juive », Parisiens en villégiature à Balbec. Déjà présent dans le tome I, il y faisait découvrir Bergotte au Narrateur. Il se retrouve lui aussi dans la suite du roman.

Charlus
Charlus apparaît brièvement à la fin de ce tome II. Le Narrateur le prend, dans un premier temps, pour un fou. Son homosexualité donne lieu à d’importants développements dans le tome 4 de la série, Sodome et Gomorrhe.

CD 4
La petite bande

Le sous-titre des Jeunes filles était : « Premier séjour à Balbec, jeunes filles au bord de la mer. » L’essentiel des cent cinquante dernières pages du livre est consacré à une « petite bande » de jeunes filles délurées et rieuses qui se promènent sur la digue de Balbec. Le Narrateur est très attiré par ces jeunes filles, notant des particularités mais les percevant d’une manière globale. Ses préférences vont finalement se porter sur Albertine.

Albertine
Albertine est une brune (alors que Gilberte est blonde) effrontée, usant de l’argot, sportive. C’est finalement elle qui va avoir la préférence. Le Narrateur la rencontre chez le peintre Elstir. Jusqu’où sont allées leurs amourettes ? La suite du récit ne permet pas de trancher. Albertine réapparaît dans la Recherche. Le Narrateur souhaite même l’épouser, mais cette démarche n’aboutit pas. Le « modèle » d’Albertine est Alfred Agostinelli, mais aussi d’autres hommes de l’entourage de Proust. Agostinelli servait de chauffeur et de secrétaire à Proust en 1913. Peu de temps après avoir passé son brevet de pilote, en 1914, à 26 ans, il s’écrase en mer. Sa mort cause une très grande douleur à son ami.

Andrée
Andrée fait aussi partie de la petite bande. Après Albertine, c’est à elle que vont les préférences du Narrrateur. Il s’interroge sur la nature de ses liens avec Albertine. Dans la suite du récit, elle lui avouera leur caractère saphique. Comme la plupart des personnages rencontrés à Balbec, elle réapparaît dans la suite de la Recherche.

Elstir
Elstir est un peintre que fréquente le Narrateur d’où d’importantes considérations sur la création dans les arts plastiques. Proust s’est inspiré de plusieurs peintres pour brosser le portrait d’Elstir : Monet, Gustave Moreau, Renoir, Vuillard. La Recherche n’est pas un roman à clés.

LE PRIX GONCOURT
Ayant vu son manuscrit refusé par Gallimard, Proust avait édité le premier tome de la série, Du côté de chez Swann, à compte d’auteur, chez Grasset. Gallimard, s’étant rendu compte de son erreur, réussit à récupérer les droits. Le deuxième tome, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, paru sous la bannière Gallimard, obtient le prix Goncourt en 1919. C’est un encouragement qui compte beaucoup pour l’auteur. L’attribution de ce prix suscitera une polémique. On sortait de la boucherie de 14-18 et l’ouvrage concurrent était un livre portant sur cette guerre, Les Croix de bois de Roland Dorgelès. Certains s’offusqueront de ce que l’on ait préféré la peinture de privilégiés en vacances à celle des héros combattant dans les tranchées.  

Daniel Mesguich a joué dans de nombreux films (sous la direction entre autres d’Ariane Mnouchkine, Francis Girod, François Truffaut, Michel Deville, James Ivory, Alain Robbe-Grillet) et de nombreuses pièces de théâtre (Platonov, Hamlet, Dom Juan…). Il a mis en scène près de deux cents spectacles pour le théâtre (Médée d’Euripide, Électre de Sophocle, Hamlet, Le Roi Lear, Roméo et Juliette, Titus Andronicus, La Tempête et Antoine et Cléopâtre de Shakespeare, La Dévotion à la croix de Calderon, Andromaque, Britannicus, Bérénice, Mithridate et Esther de Racine, Dom Juan de Molière, Cinna de Corneille, Le Prince travesti et La Seconde Surprise de l’amour de Marivaux, Le Prince de Hombourg de Kleist, Marie Tudor de Hugo, Lorenzaccio de Musset, Platonov de Tchekhov, Tête d’or de Claudel, mais aussi Le Diable et le Bon Dieu de Sartre, Folie ordinaire d’une fille de Cham de Julius Amédé Laou, Le Désespoir tout blanc de Clarisse Nicoïdski, L’Histoire (qu’on ne connaîtra jamais) d’Hélène Cixous…) et l’opéra (Le Grand Macabre de Ligeti, Der Ring des Niebelungen de Wagner, La Passion de Gilles de Boesmans, Un bal masqué de Verdi, GO-gol de Lévinas, Wozzeck de Berg, La Damnation de Faust de Berlioz, Elephant Man de Petitgirard…). Il a dirigé le Théâtre Gérard-Philipe à Saint-Denis et le Théâtre national de Lille. Ancien élève du Conservatoire national supérieur d’Art dramatique, il y est professeur depuis 1983 et en a été le directeur de 2007 à 2013. Il donne de nombreuses master classes dans le monde entier (Chine, États-Unis, Hongrie, Bosnie, Mexique). Il a également traduit plusieurs textes dramatiques (outre Euripide, Shakespeare et Kleist) et publié plusieurs essais sur le théâtre (L’Éternel éphémère aux éditions Verdier, notamment).


Frémeaux & Associés propose une anthologie d’À la recherche du temps perdu. La quintessence du chef-d’œuvre de Marcel Proust est ici choisie avec soin et finesse par Paul Desalmand puis transmise, avec une justesse et une maîtrise de la langue remarquables, par Daniel Mesguich qui met tout son talent au service de la beauté et du sens du texte.

Un voyage au cœur de cette œuvre immense et grandiose dans laquelle Marcel Proust peint avec précision, humour et subtilité les circonvolutions de la psychologie humaine.

À l’ombre des jeunes filles en fleurs
De Paris à Balbec, ce deuxième volet de la Recherche évolue de l’univers parental rassurant au petit Monde de Normandie où voyage le narrateur au côté de sa grand-mère.

Temps du changement et des émois amoureux, il s’éloigne de Gilberte pour mieux rencontrer Albertine. C’est en bord de mer, là où l’écrêtement des vagues laisse voguer la mélancolie, que notre héros proustien, encouragé par le Marquis de Norpois, se consacre à sa vocation littéraire. Comme une mise en abyme de cette inclination artistique, Daniel Mesguich continue ici à manier avec brio la langue dense et majestueuse de Marcel Proust, poursuivant ainsi sa déambulation littéraire dans cette œuvre intemporelle.
Claude Colombini Frémeaux

Ecouter A l'ombre des jeunes filles en fleurs (l'essentiel) de Marcel Proust lu par Daniel Mesguich (livre audio) © Frémeaux & Associés 2014.




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 Une classe en dessous pour swann, 1 - Daniel Mesguich04'12
02 Une classe en dessous pour swann, 2 - Daniel Mesguich05'01
03 La Berma. Norpois 1 - Daniel Mesguich05'06
04 La Berma. Norpois 2 - Daniel Mesguich05'00
05 La Berma. Norpois 3 - Daniel Mesguich04'54
06 La Berma. Norpois 4 - Daniel Mesguich04'22
07 Françoise - Daniel Mesguich04'37
08 Sur le mariage Swann-Odette, 1 - Daniel Mesguich05'29
09 Sur le mariage Swann-Odette, 2 - Daniel Mesguich04'30
10 Sur le mariage Swann-Odette, 3 - Daniel Mesguich05'28
11 Gilberte. Jeux de mains - Daniel Mesguich05'26
12 Bergotte, 1 - Daniel Mesguich05'22
13 Bergotte, 2 - Daniel Mesguich05'42
14 Bergotte, 3 - Daniel Mesguich05'49
15 Bergotte, 4 - Daniel Mesguich04'56
CD 2
01 Gilberte et son père , 1 - Daniel Mesguich06'48
02 Gilberte et son père , 2 - Daniel Mesguich06'47
03 Gilberte. Incertitudes de l'amour, 1 - Daniel Mesguich07'32
04 Gilberte. Incertitudes de l'amour, 2 - Daniel Mesguich04'55
05 Gilberte. Incertitudes de l'amour, 3 - Daniel Mesguich06'30
06 Gilberte. Incertitudes de l'amour, 4 - Daniel Mesguich05'03
07 Gilberte. La fin, 1 - Daniel Mesguich05'48
08 Gilberte. La fin, 2 - Daniel Mesguich05'59
09 Gilberte. La fin, 3 - Daniel Mesguich05'35
10 Gilberte : ultimes souffrances. Mme swann au bois, 1 - Daniel Mesguich05'24
11 Gilberte : ultimes souffrances. Mme swann au bois, 2 - Daniel Mesguich04'45
12 Gilberte : ultimes souffrances. Mme swann au bois, 3 - Daniel Mesguich06'41
13 Gilberte : ultimes souffrances. Mme swann au bois, 4 - Daniel Mesguich06'48
CD 3
01 En train pour Balbec, 1 - Daniel Mesguich05'53
02 En train pour Balbec, 2 - Daniel Mesguich05'13
03 Une grand-mère attentionnée, 1 - Daniel Mesguich04'36
04 Une grand-mère attentionnée, 2 - Daniel Mesguich03'55
05 Melle de Stermaria - Daniel Mesguich05'02
06 Les relations de Françoise - Daniel Mesguich04'01
07 Promenades avec Mme de Villeparisis, 1 - Daniel Mesguich06'42
08 Promenades avec Mme de Villeparisis, 2 - Daniel Mesguich06'17
09 Les arbres - Daniel Mesguich07'02
10 Saint-Loup, 1 - Daniel Mesguich04'18
11 Saint-Loup, 2 - Daniel Mesguich04'17
12 Bloch, 1 - Daniel Mesguich04'51
13 Bloch, 2 - Daniel Mesguich04'34
14 Bloch, 3 - Daniel Mesguich05'28
15 Charlus - Daniel Mesguich07'21
CD 4
01 Un groupe de jeunes filles sur la plage, 1 - Daniel Mesguich04'43
02 Un groupe de jeunes filles sur la plage, 2 - Daniel Mesguich04'11
03 Un groupe de jeunes filles sur la plage, 3 - Daniel Mesguich05'27
04 Un groupe de jeunes filles sur la plage, 4 - Daniel Mesguich05'55
05 Un groupe de jeunes filles sur la plage, 5 - Daniel Mesguich07'00
06 Rencontre d'Albertine, 1 - Daniel Mesguich07'16
07 Rencontre d'Albertine, 2 - Daniel Mesguich08'11
08 Une préférence pour Albertine, 1 - Daniel Mesguich05'13
09 Une préférence pour Albertine, 2 - Daniel Mesguich07'17
10 Une préférence pour Albertine, 3 - Daniel Mesguich07'27
11 Fin de saison à Balbec, 1 - Daniel Mesguich04'45
12 Fin de saison à Balbec, 2 - Daniel Mesguich05'41
« A jamais nécessaire et inoubliable » par Lire

L’exceptionnel talent de Daniel Mesguich, sa maîtrise de notre langue, de sa vibration, de ses couleurs nous poussent à accorder la plus grande attention à chaque sortie de coffret consacré à la lecture d’un auteur classique. L’ancien directeur du Conservatoire national d’art dramatique, une fois de plus, nous comble avec cette lecture d’A l’ombre des jeunes filles en fleurs. Il y eu Les Confessions de saint Augustin, les Mémoires d’outre-tombe, Du côté de chez Swann, autant de lectures qui servent l’œuvre et son auteur de manière magistrale. Notre amour de la littérature s’en trouve en quelque sorte exalté, comme notre passion de la musique lorsque nous écoutons une symphonie interprétée par Sergiu Celibidache ou Carlos Kleiber.
Il y a des œuvres qui sont au point culminant de leur présence et de leur charge émotive par la grâce d’une interprétation d’une justesse inouïe qui consiste à rendre la matière sonore entièrement poreuse à l’esprit du texte ou de la partition. Il y a d’autres interprétations de l’œuvre de Proust, d’autres lectures très belles, très sûres. Celle-ci possède ce je-ne-sais-quoi, comme dirait Vladimir Jankélévitch, qui la rend à jamais nécessaire et inoubliable. Que nous connaissions ou non cette partie de la Recherche, écouter la lecture qu’en fait Daniel Mesguich, c’est retrouver ce feu qui danse au cœur de toute création et que la cendre des commentaires habituels et habitués finit peu ou prou par étouffer.
Jérôme Serri, LIRE




« Daniel Mesguich sert avec tout son talent ce chef-d'œuvre » par l’Avant-scène théâtre

« Après un premier ensemble, déjà lu par Daniel Mesguich, Frémeaux & Associés poursuit avec A la recherche du temps perdu pour compléter son anthologie parlée de l'œuvre de Proust. Toujours aussi subtil, souple et distingué, Daniel Mesguich sert avec tout son talent ce chef-d'œuvre, continuant à épouser avec une remarquable justesse la langue de Proust, poursuivant sa déambulation littéraire, mélange de maîtrise imperturbable et de nonchalance, dans cette œuvre intemporelle. Ce deuxième volet raconte l'univers familial du jeune narrateur, la Normandie de sa grand-mère, son adolescence, moment privilégié des premiers émois, mais surtout le début de sa vocation littéraire, qui naît là, près de la mer, au creux des vagues, dans cette Normandie si chère à Proust et source d'inspiration. »
Par L’AVANT-SCENE THEÂTRE




29 autres ouvrages proposés:

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...