LE CÔTÉ DE GUERMANTES - VOL. 3 - MARCEL PROUST

À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU - L’ESSENTIEL LU PAR DANIEL MESGUICH

Plus de détails

Artiste DANIEL MESGUICH
Format : Livre Audio WAV
Livret : 12 PAGES
Nombre de CDs : 4
Version : Texte abrégé


29,99 € TTC

FA8133

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+3 pts fidélité


 

Frémeaux & Associés propose une anthologie d’À la Recherche Du Temps Perdu.

La quintessence du chef-d’oeuvre de Marcel Proust est ici choisie avec soin et finesse par Paul Desalmand puis transmise, avec une justesse et une maîtrise de la langue remarquables, par Daniel Mesguich qui met tout son talent au service de la beauté et du sens du texte.

Un voyage au coeur de cette oeuvre immense et grandiose dans laquelle Marcel Proust peint avec précision, humour et subtilité les circonvolutions de la psychologie humaine. Le côté de Guermantes.

Ce troisième volet de la Recherche est marqué par l’installation du narrateur et de sa famille dans un nouveau foyer, près de la demeure des Guermantes. Le quotidien de notre héros se trouve rythmé par la vie de ses prestigieux voisins, qu’il ne tarde pas à côtoyer grâce à la bienveillance de Saint-Loup.

L’entrée dans le « jeu de la vie mondaine » s’accompagne chez le narrateur d’un éveil à la sensualité. Entre idéalisation et fantasme, il voit renaître sa passion pour la duchesse et renoue avec Albertine.

Figure amoureuse ou maternelle, jeune ou vieillissante, la femme devient source d’attirance, de mystère et d’admiration.

Avec finesse et profondeur, Daniel Mesguich donne vie à ces caractères tout en laissant poindre la finitude des êtres et des choses.

Claude COLOMBINI FRÉMEAUX

PRODUCTION : CLAUDE COLOMBINI FRÉMEAUX

 

Le Cote de Guermantes FA8133

Marcel Proust
À la recherche du temps perdu
LE CÔTÉ DE GUERMANTES


LU PAR Daniel Mesguich










À la recherche du temps perdu
Le côté de Guermantes
Marcel Proust



CD 1 - La famille de Guermantes
Comme son titre l’indique, le tome III, est centré sur la famille de Guermantes. Les choses sont facilitées par le fait que la famille du Narrateur emménage dans un appartement dépendant de l’hôtel où le duc et la duchesse de Guermantes résident une bonne partie de l’année. Françoise n’apprécie pas beaucoup cette nouvelle installation.
1    Françoise et le nouvel appartement    4’14

Cette nouvelle proximité des Guermantes suscite la rêverie du Narrateur à propos de cette famille même si le duc et la duchesse sont installés dans un cadre par certains côtés assez prosaïque.
2    Rêveries sur le nom de Guermantes, I    4’52
3    Rêveries sur le nom de Guermantes, II    5’19

Françoise, originaire de Combray, était au service de tante Léonie et, pendant les vacances, à celui des parents du Narrateur. Après la mort de tante Léonie, elle est embauchée à temps complet par ces derniers, ce qui l’a conduite à quitter Combray pour Paris. Il lui arrive de regretter sa région natale.
4    Françoise regrette Combray    6’34

Discutant avec son valet de pied, Françoise continue de vanter les charmes de Combray.
5    Autres regrets de Françoise, I    4’28
6    Autres regrets de Françoise, II    4’43

En dépit de l’installation dans cet hôtel parisien, le nom de Guermantes, et la personne de la duchesse ont conservé tout leur prestige aux yeux du Narrateur. Il éprouve le désir de pénétrer dans cet univers pour mieux en saisir l’essence exceptionnelle.
7    Les Guermantes au faubourg St-Germain, I    5’13
8    Les Guermantes au faubourg St-Germain, II    6’05

Le Narrateur retrouve la princesse de Guermantes à l’Opéra ce qui donne une nouvelle matière à sa rêverie.
9    A l’opéra, I    2’14
10    A l’opéra, II    4’53

Le Narrateur avait fantasmé dans ses jeunes années sur la Berma, une actrice célèbre. Mais autorisé à aller la voir jouer, il avait été plutôt déçu. Ce n’est pas le cas cette fois où il a le sentiment qu’une bonne interprétation revivifie un chef-d’œuvre.
11    La Berma, I    4’22
12    La Berma, II    6’03

À force de rêver sur le nom de Guermantes, le Narrateur en vient à devenir amoureux de la duchesse. Il organise ses promenades, pour se trouver toujours sur son chemin.
13    Marcher pour rencontrer la duchesse, I    6’37
14    Marcher pour rencontrer la duchesse, II    7’02

CD 2 - Autour de la duchesse de Guermantes
Amour de tête sans doute. Il n’en reste pas moins que le Narrateur est vraiment épris de la duchesse.
1    Amoureux de Madame de Guermantes    6’00

Souhaitant être reçu par la duchesse, le narrateur rend visite à Saint-Loup à Doncières, ville de garnison proche de Balbec, pour lui demander d’intervenir en sa faveur.
2    Demande d’intervention à Saint-Loup  pour être reçu par la duchesse  7’19

À Doncières, et donc éloigné de la duchesse, le narrateur continue de rêver à elle.
3    Rêveries sur la duchesse    4’49

Pour décider Saint-Loup à intervenir, le Narrateur trouve un prétexte : la volonté de voir les tableaux d’Elstir que possèdent les Guermantes.
4    Un prétexte, un tableau d’Elstir    4’02

Suite à une initiative de Saint-Loup , le Narrateur réussit à joindre sa grand-mère au téléphone. Ce qui est l’occasion d’une réflexion sur les « demoiselles du téléphone » et d’une angoisse quant à sa grand-mère.
5    Coup de téléphone à la grand-mère, I    4’21
6    Coup de téléphone à la grand-mère, II    5’43

Le Narrateur se décide à rendre visite à sa grand-mère qu’il voit pour la première fois de l’extérieur.
7    Visite à la grand-mère    5’56

Toujours en train de cristalliser sur la duchesse, le Narrateur continue ses promenades sur son chemin au risque de l’importuner.
8    Promenades et rencontres de la duchesse    7’14

Le thème de la vocation d’écrivain, déjà apparu dès le tome I, revient discrètement ici, mais il prendra par la suite une grande ampleur.
9    Sur la vocation d’écrivain    3’19

Saint-Loup est un vrai Guermantes, neveu du duc. Sa liaison avec Rachel, une actrice juive qui s’adonne à la prostitution, scandalise sa famille. C’est l’occasion de souligner l’écart entre celui qui est amoureux et celui qui ne l’est pas.
10    Rachel, la maîtresse de Saint-Loup, I    6’18
11    Rachel, la maîtresse de Saint-Loup, II    6’37

Enfin, au terme de ses efforts, le Narrateur est mis en présence de la duchesse.
12    En présence de la duchesse    4’48

CD 3 - Un univers féminin

La mort de la grand-mère donne lieu à un long développement dont nous ne proposons ici que les dernières lignes.
1    L’agonie de la grand-mère, I    6’12
2    L’agonie de la grand-mère, II    6’58
3    La mort de la grand-mère, I    5’34
4    La mort de la grand-mère, II    6’44

Albertine est une des jeunes filles qui composaient la « petite bande » de Balbec. Elle a les préférences du Narrateur même s’il lui arrive de flotter. Par la suite, elle va prendre une grande importance notamment dans La Prisonnière et La Fugitive.
5    Arrivée d’Albertine, I    6’02
6    Arrivée d’Albertine, II    8’14

Albertine est là. Le contexte est bien différent de ce qu’il était à Balbec et c’est peut-être ce qui permet les embrassades.
7    Albertine caressée, I    5’30
8    Albertine caressée, II    6’56
9    Albertine caressée, III    5’03

Selon un rythme déjà observé en d’autres occasions, le Narrateur voit son enthousiasme à l’égard la duchesse se refroidir. Après la cristallisation chère à Stendhal vient la décristallisation.
10    Désamour pour la duchesse    3’03

Alix de Stermaria est une jeune fille rencontrée à Balbec. Le Narrateur lui donne un rendez-vous et gamberge beaucoup sur sa venue. Mais…
11    Alix de Stermaria fait faux-bond    7’37

Ayant rendez-vous avec Saint-Loup dans un restaurant, le Narrateur y arrive seul et se voit accueilli assez froidement. Mais l’arrivée de Saint-Loup change complètement la donne.
12    Changement d’accueil, I    4’05
13    Changement d’accueil, II    5’10

Saint-Loup est bien dans son corps et, à l’occasion, il sait mettre en évidence cette aisance.
14    Petit exploit de Saint-Loup    2’22

CD 4 - Le « jeu de la vie mondaine »

Après avoir fait vivre sous nos yeux et dans sa rêverie l’univers des Guermantes, le Narrateur s’efforce d’en dégager les caractéristiques.
1    Caractéristiques des Guermantes    5’31

L’aristocratie constitue une coterie ayant des codes bien précis qui correspondent à une manière de tenir son rang. À titre d’exemple, la façon de saluer.
2    Façons de saluer    4’40

Proust, comme le Narrateur, cherche toujours le permanent sous le fugitif, le général sous le particulier. Cela est particulièrement vrai pour la fin de Le Côté de Guermantes. Le Narrateur, de différentes manières, tente de dégager ce qui est propre aux Guermantes.
3    L’esprit des Guermantes    8’16

Le duc de Guermantes a des maîtresses qu’il abandonne au bout d’un temps. La duchesse en prend son parti et recueille même les confidences des délaissées.
4    Le duc et ses maîtresses    5’01

Le Narrateur est maintenant un habitué du salon de la duchesse et il a même l’impression d’être apprécié. C’est évidemment pour lui un précieux champ d’observation.
5    Le narrateur devient un habitué du salon Guermantes    6’46

L’aristocratie a ses charmes même s’ils peuvent paraître quelque peu désuets.
6    Charmes désuets de l’aristocratie    2’41

Sur le point de quitter le salon de la duchesse, le Narrateur se demande ce qu’on va dire de lui en son absence. Le duc lui fait savoir que l’on a apprécié sa présence, mais c’est une formule qui fait partie des codes.
7    Sur le départ, I    5’25
8    Sur le départ, II    6’39

Le baron Charlus est un vrai Guermantes puisqu’il est le frère du duc. Il est cultivé, joue bien du piano, a de la prestance, mais on le verra se dégrader tout au long du récit sans être renié par sa caste pour autant. Il fait ici une scène au Narrateur qui laisse apparaître tout le bien qu’il pense de sa personne.
9    Le baron Charlus fait une scène, I    6’43
10    Le baron Charlus fait une scène, II    5’57

Dans cet univers, c’est à qui sera le plus digne de son rang. Les façons d’y tendre varient et le Narrateur s’amuse à comparer le comportement de la duchesse de Guermantes à celui de sa cousine Mme de Montmorency.
11    La duchesse et sa cousine    5’34

Swann est admis dans ce milieu qui pour être antidreyfusard n’est pas antisémite. L’incident relaté montre qu’en dépit de sa situation un peu marginale, il a gardé son franc-parler.
12    L’humour de Swann    5’44

La scène qui suit est célèbre parce qu’elle montre la futilité de cette aristocratie. Le duc est pressé. Il n’a pas le temps d’écouter Swann lui parler de sa mort, proche aux dires des médecins. Mais, quand il s’agit de remplacer des souliers noirs par des souliers rouges, le temps ne compte plus.
13    Les souliers rouges    7’30


LE CÔTÉ DE GUERMANTES
À la recherche du temps perdu est un roman dont la matière se répartit en sept tomes qui sont :
1. Du côté de chez Swann (1913).
2. À l’ombre des jeunes filles en fleurs (1919).
3. Le Côté de Guermantes (1920-1921).
4. Sodome et Gomorrhe (1921-1922).
5. La Prisonnière (1923).
6. La Fugitive (1926).
7. Le Temps retrouvé (1927).

Une très riche documentation sur Proust dans le « Quid » qui figure au début du tome I de la Recherche dans la collection Bouquins. Sur l’homme, il faut lire Monsieur Proust dû à celle qui durant les neuf dernières années de sa vie lui a été entièrement dévouée. Nous nous contenterons de fournir la documentation susceptible de faciliter la compréhension des passages lus.

LE CÔTÉ DE GUERMANTES
Le Côté de Guermantes est le troisième tome de la Recherche. Il est divisé en deux parties:
1. Le Côté de Guermantes I.
2. Le Côté de Guermantes II.

Le Côté de Guermantes I est paru en 1920 et Le Côté Guermantes II en 1921.

Les Guermantes sont une famille aristocratique (imaginaire) dont le berceau est la région de Combray (bourgade imaginaire). Leur château est situé à quelques dizaines de kilomètres de Combray. Chacun des membres de cette famille est créé à partir de plusieurs modèles. Le Narrateur, à l’époque de Combray, et donc dans le tome I, a beaucoup rêvé sur cette famille et il a même vu la duchesse de Guermantes à l’église. Dans le tome II, il rencontre plusieurs Guermantes à Balbec dont Saint-Loup qui devient son ami et le baron Charlus qui prendra une grande importance dans la suite du roman. Dans le tome III, celui qui nous intéresse ici, Le Côté de Guermantes, il se trouve que la famille du Narrateur emménage dans un appartement rattaché à l’hôtel de Guermantes situé dans le faubourg Saint-Germain, à Paris. Le Narrateur, qui est fasciné par l’aristocratie, va se démener pour être reçu par la duchesse de Guermantes dont, durant un temps, il tombe amoureux. Ce tome III est centré sur ces efforts du Narrateur pour être reçu dans ce milieu du faubourg Saint-Germain et, une fois ses efforts couronnés de succès, sur la description de ce milieu.

À l’époque de Combray, les promenades de l’enfant en compagnie de ses parents pouvaient le conduire soit du « côté de Méséglise » soit du « côté de Guermantes ». De là vient le titre de ce tome III qui, de plus, joue sur le parallèle avec le titre du tome I (Du côté de chez Swann).

L’AFFAIRE DREYFUS
L’affaire Dreyfus a déchiré la France à partir de l’arrestation pour trahison du capitaine Dreyfus en 1894 et de sa déportation à l’Île du Diable (au large de la Guyane). Le fait que cet officier soit juif avait donné lieu à un déferlement d’antisémitisme. Or, il va s’avérer que Dreyfus est injustement accusé à partir d’un faux. Zola joue un rôle déterminant dans la réhabilitation de Dreyfus avec une lettre ouverte (J’accuse) dans L’Aurore le 13 janvier 1898. Le pays est divisé entre les dreyfusards et les antidreyfusards. Ce clivage se retrouve dans la famille Guermantes. Le duc et la duchesse sont antidreyfusards sans être antisémites. Le prince et la princesse changent de camp et deviennent dreyfusards, ayant découvert les preuves favorables à Dreyfus. Le Narrateur, son ami Saint-Loup, Bloch, Mme Verdurin sont dreyfusards.

Les Juifs
Ce que l’on appelé le faubourg Saint-Germain était le quartier de résidence de l’aristocratie. Il est situé dans ce qui est aujourd’hui le septième arrondissement, autour des Invalides, l’actuel quartier des ministères. L’un des thèmes de la Recherche est l’intégration des Juifs dans cet univers du Faubourg. Cela concerne Swann, sa fille Gilberte, devenue Mlle de Forcheville, Bloch, Rachel, la maîtresse de Saint-Loup.
Proust est juif par sa mère et homosexuel. Son narrateur n’est ni l’un ni l’autre. Ce narrateur tient sur les Juifs des propos qui, même si l’on tient compte du contexte, sont très limite : en particulier sur leurs caractéristiques physiques et sur le fait qu’ils constituent un élément « étranger » dans la nation française.

CD 1
Françoise

Françoise est une domestique originaire de Combray. Au service de tante Léonie et, pendant les vacances, des parents du Narrateur. Embauchée à temps complet par ces derniers, après la mort de Léonie, elle est amenée à les suivre à Paris, ce qui contrarie ses habitudes et la conduit parfois à regretter Combray.

La Berma
La Berma est une actrice appréciée en particulier pour son interprétation de la Phèdre de Racine. Elle a déçu le Narrateur lorsqu’il l’a vue jouer pour la première fois, mais, ici, il comprend mieux son rôle. « Telle l’interprétation de la Berma était, autour de l’œuvre, une seconde œuvre vivifiée par le génie. »

La princesse de Guermantes

Il ne faut pas confondre la duchesse de Guermantes (Oriane) et la princesse de Guermantes (Marie-Hedwige) dont l’importance est moindre. La princesse de Guermantes est l’épouse du prince de Guermantes (Gilbert) cousin du duc de Guermantes (Basin).

L’hôtel de Guermantes
Les Guermantes ne vivent qu’une partie de l’année dans leur château. À Paris, ils résident dans un hôtel situé dans le faubourg Saint-Germain d’acquisition relativement récente. Coïncidence bienvenue pour la fiction, c’est dans un appartement rattaché à cet hôtel que la famille du Narrateur s’installe au début de ce tome.

CD 2
Le Narrateur et la duchesse de Guermantes

Le Narrateur avait beaucoup fantasmé sur la duchesse de Guermantes à l’époque de Combray et avait été déçu lorsqu’il l’avait vue pour la première fois à l’occasion d’une messe. La retrouvant à Paris, ses parents emménageant dans son hôtel, il se remet à cristalliser sur elle. Il agence ses promenades de façon à la rencontrer, demande à son neveu Saint-Loup d’intervenir en sa faveur, trouve un prétexte, et finit par être reçu et même à devenir un habitué du salon de la duchesse.

La grand-mère
Lors du séjour à Balbec, on a vu que la grand-mère du Narrateur, aux petits soins pour lui, jouait le rôle d’une sorte de double de la mère. Son petit-fils lui est très attaché, mais il doit constater, comme c’est le cas pour les autres personnages, que le temps fait son œuvre.

Rachel

Saint-Loup est un Guermantes pur jus, neveu du duc et de la duchesse ainsi que du baron Charlus. Sa liaison avec Rachel, une actrice juive qui s’adonne à la prostitution, scandalise évidemment le milieu Guermantes. Le Narrateur la voit telle qu’elle est, ce qui n’est pas le cas de Saint-Loup.

La vocation d’écrivain
Le thème de la vocation pour la littérature, déjà présent dans le tome I, réapparaît ici. Il prendra de plus en plus d’importance au fil du récit jusqu’à culminer dans le dernier tome.

CD 3
Alix de Stermaria

Alix de Stermaria est une jeune fille rencontrée à Balbec dans le tome précédent. Saint-Loup, qui l’a rencontrée à Tanger, incite le Narrateur à lui écrire. Ce dernier invite Mlle Stermaria à un dîner qui doit avoir lieu au Chalet du Bois, rendez-vous qu’il prépare avec soin. Mais la jeune fille se décommande laissant la porte ouverte à l’hypothèse Albertine.

Albertine

Dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Albertine faisait partie de la « petite bande », un groupe de jeunes filles remarqué par le Narrateur lors du premier séjour à Balbec. Il la préfère tout en conservant d’elle une image étroitement associée à celle de la petite bande. Quand Albertine arrive à Paris, il la voit sous un nouveau jour. Ce personnage prendra par la suite une importance grandissante, devenant la figure principale des tomes 5 et 6 (La Prisonnière et La Fugitive).

Elstir

Elstir est un peintre doué que le Narrateur a rencontré à Balbec. Les Guermantes possèdent plusieurs de ses œuvres. Le désir de les voir a servi de prétexte au Narrateur pour être reçu. Il est tellement pris par son admiration qu’il en oublie la réception où tout le monde l’attend.

CD 4
L’essentiel de la fin de ce tome III porte sur une tentative en vue de cerner ce qui caractérise les Guermantes et, d’une manière plus générale, l’aristocratie. Devenu un habitué de ces milieux, le Narrateur a tout le loisir de l’observer et de le décrire sans complaisance, en faisant ressortir les charmes mais aussi les insuffisances, le vide que ne réussissent pas à masquer les bonnes manières.


Daniel Mesguich
a joué dans de nombreux films (sous la direction entre autres d’Ariane Mnouchkine, Francis Girod, François Truffaut, Michel Deville, James Ivory, Alain Robbe-Grillet) et de nombreuses pièces de théâtre (Platonov, Hamlet, Dom Juan…). Il a mis en scène près de deux cents spectacles pour le théâtre (Médée d’Euripide, Électre de Sophocle, Ham-let, Le Roi Lear, Roméo et Juliette, Titus Andronicus, La Tempête et Antoine et Cléopâtre de Shakespeare, La Dévotion à la croix de Calderon, Andromaque, Britannicus, Bérénice, Mithridate et Esther de Racine, Dom Juan de Molière, Cinna de Corneille, Le Prince travesti et La Seconde Surprise de l’amour de Marivaux, Le Prince de Hombourg de Kleist, Marie Tudor de Hugo, Lorenzaccio de Musset, Platonov de Tchekhov, Tête d’or de Claudel, mais aussi Le Diable et le Bon Dieu de Sartre, Folie ordinaire d’une fille de Cham de Julius Amédé Laou, Le Désespoir tout blanc de Clarisse Nicoïdski, L’Histoire (qu’on ne connaîtra jamais) d’Hélène Cixous…) et l’opéra (Le Grand Macabre de Ligeti, Der Ring des Niebelungen de Wagner, La Passion de Gilles de Boesmans, Un bal masqué de Verdi, GO-gol de Lévinas, Wozzeck de Berg, La Damnation de Faust de Berlioz, Elephant Man de Petitgirard…). Il a dirigé le Théâtre Gérard-Philipe à Saint-Denis et le Théâtre national de Lille. Ancien élève du Conservatoire national supérieur d’Art dramatique, il y est professeur depuis 1983 et en a été le directeur de 2007 à 2013. Il donne de nombreuses master classes dans le monde entier (Chine, États-Unis, Hongrie, Bosnie, Mexique). Il a également traduit plusieurs textes dramatiques (outre Euripide, Shakespeare et Kleist) et publié plusieurs essais sur le théâtre (L’Éternel éphémère aux éditions Verdier, notamment).


Frémeaux & Associés propose une anthologie d’À la recherche du temps perdu.

La quintessence du chef-d’œuvre de Marcel Proust est ici choisie avec soin et finesse par Paul Desalmand puis transmise, avec une justesse et une maîtrise de la langue remarquables, par Daniel Mesguich qui met tout son talent au service de la beauté et du sens du texte.

Un voyage au cœur de cette œuvre immense et grandiose dans laquelle Marcel Proust peint avec précision, humour et subtilité les circonvolutions de la psychologie humaine.
le côté de Guermantes

Ce troisième volet de la Recherche est marqué par l’installation du narrateur et de sa famille dans un nouveau foyer, près de la demeure des Guermantes. Le quotidien de notre héros se trouve rythmé par la vie de ses prestigieux voisins, qu’il ne tarde pas à côtoyer grâce à la bienveillance de Saint-Loup. L’entrée dans le « jeu de la vie mondaine » s’accompagne chez le narrateur d’un éveil à la sensualité. Entre idéalisation et fantasme, il voit renaître sa passion pour la duchesse et renoue avec Albertine. Figure amoureuse ou maternelle, jeune ou vieillissante, la femme devient source d’attirance, de mystère et d’admiration. Avec finesse et profondeur, Daniel Mesguich donne vie à ces caractères tout en laissant poindre la finitude des êtres et des choses.   
Claude Colombini Frémeaux


Ecouter Le Côté de Guermantes de Marcel Proust par Daniel Mesguich (livre audio) © Frémeaux & Associés 2015




EcoutezPisteTitre / Artiste(s)Durée
CD 1
01 Françoise et le nouvel appartement04'13
02 Rêveries sur le nom de guermantes I04'51
03 Rêveries sur le nom de guermantes II05'18
04 Françoise regrette Combray06'34
05 Autres regrets de Françoise I04'28
06 Autres regrets de Françoise II04'42
07 Les Guermantes au Faubourg St-Germain05'13
08 Les Guermantes au Faubourg St-Germain II06'04
09 A l'opéra02'14
10 A l'opéra II04'52
11 La Berma04'22
12 La Berma II06'02
13 Marcher pour rencontrer la duchesse06'37
14 Marcher pour rencontrer la duchesse II07'02
CD 2
01 Amoureux de madame de Guermantes06'00
02 Demande d'intervention à Saint-Loup pour être reçu par la duchesse07'19
03 Rêveries sur la duchesse04'48
04 Un prétexte: un tableau d'Elstir04'02
05 Coup de téléphone à la grand-mère I04'20
06 Coup de téléphone à la grand-mère II05'43
07 Visite à la grand-mère05'56
08 Promenades et rencontres de la duchesse07'14
09 Sur la vocation d'écrivain03'19
10 Rachel, la maîtresse de Saint-Loup I06'17
11 Rachel, la maîtresse de Saint-Loup II06'37
12 En présence de la duchesse04'48
CD 3
01 L'agonie de la grand-mère06'12
02 L'agonie de la grand-mère II06'58
03 La mort de la grand-mère I05'33
04 La mort de la grand-mère II06'44
05 Arrivée d'Albertine I06'01
06 Arrivée d'Albertine II08'14
07 Albertine caressée I05'30
08 Albertine caressée II06'55
09 Albertine caressée III05'02
10 Désamour pour la duchesse03'02
11 Alix de Stermaria fait faux-bond07'36
12 Changement d'accueil I04'05
13 Changement d'accueil II05'09
14 Petit exploit de Saint-Loup02'22
CD 4
01 Caractéristiques de Guermantes05'31
02 Façons de saluer04'40
03 L'esprit de Guermantes08'16
04 Le duc et ses maîtresses05'00
05 Le narrateur devient un habitué du salon Guermantes06'45
06 Charmes désuets de l'aristocratie02'41
07 Sur le départ I05'24
08 Sur le départ II06'38
09 Le baron Charlus fait une scène I06'43
10 Le baron Charlus fait une scène II05'56
11 La duchesse et sa cousine05'33
12 L'humour de Swann05'43
13 Les souliers rouges07'29

29 autres ouvrages proposés:

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...