SMETANA - DVORAK - SUK - JANACEK

NOVOTNY-HOLLY SONATES POUR VIOLON ET PIANO

Plus de détails

Nombre de CDs : 1


19,99 € TTC

FA9012

En Stock . Expédition prévue sous 24 à 72h selon week-end

Ajouter à ma liste

+2 pts fidélité


Agés à peine d’une trentaine d’années, ces deux musiciens surprennent déjà par leur maturité : l’archet de Novotny est impeccablement juste, saisissant avec souplesse la variété des rythmes. Un léger rubato, un sens très raffiné du phrasé donnent un ton très juste à la Skocna des deux duos De mon pays natal de Smetana. La Sonatine de Dvorak est jouée dans un esprit comparable, de nostalgie simple, presque enfantine. Stéphane Friédérich - REPERTOIRE
Piste Titre / Artiste(s) Durée
01 Z DOMONY MODERATO - NOVOTNY 04'55
02 Z DOMONY ANDANTINO - NOVOTNY 06'54
03 SONATINA G DUR ALLEGRO RISOLUTO - NOVOTNY 05'40
04 SONATINA G DUR LARGHETTO - NOVOTNY 04'31
05 SONATINA G DUR SCHERZO MOLTO VIVACE - NOVOTNY 02'43
06 SONATINA G DUR FINALE ALLEGRO - NOVOTNY 06'18
07 BALADA - NOVOTNY 09'02
08 SONATA CON MOTO - NOVOTNY 04'58
09 SONATA BALADA - NOVOTNY 04'43
10 SONATA ALLEGRETTO - NOVOTNY 02'21
11 SONATA ADAGIO - NOVOTNY 04'13
« Ligne mélodique» par Le Monde de la Musique

Dès la première pièce du programme, de mon pays natal de Smetana, Frantisek Novotny fait montre d’un archet autoritaire et d’une conception intensément narrative. Le style du violoniste, avec son vibrato serré, évoque la vieille école russe. C’est pour cela que, jouée par lui, la sonate de Janácek, ahurissant concentré de musique contradictoire, fragmentaire, subjective, peut déconcerter par son académisme. On est loin des ouvertures vertigineuses que laisse supposer le jeu d’un Josef Suk (Supraphon), mais l’expression plus sereine du second mouvement convient parfaitement à Novotny. Son jeu charpenté, bien qu’en contradiction apparenter avec l’œuvre, prépare l’évasion inattendue que représente le dernier mouvement de cette sonate, qui est, avec celle de Debussy, le chef- d’œuvre du genre au XXé sicle. Novotny et son fidèle pianiste Vladimir Holly ne s’apitoient guère sur la nostalgie supposée de la Sonatine de Dvorák et préfèrent, à juste titre, en révéler la ligne mélodique et la structure simple  mais efficace.
Costin CAZABAN – LE MONDE DE LA MUSIQUE




« L’authenticité de l’interprétation » par Classica

2002 ayant été décrétée « Année franco-tchèque », on ne s’étonnera pas de la multitude des parutions consacrées à la musique morave ou bohémienne. Hélas, le répertoire pour violon et piano est assez limité, et l’on revient presque automatiquement aux mêmes œuvres. Les mélomanes qui n’aiment pas les doublons d’œuvres dans leur discothèque risquent de bouder cet enregistrement, et c’est bien dommage. On ne peut être que séduit par l’authenticité de l’interprétation, le naturel de ces deux artistes réunis ici. Le diptyque de Smetana retrouve sous l’archet de Frantisek Novotny cette intériorité, voulue par l’auteur, que bien des violonistes au style plus conquérant lui font perdre. La Sonatine de Dvorák est une page fraîche et spontanée, teintée parfois d’une certaine nostalgie ; l’esprit « musique de chambre » qu’adoptent les deux musiciens font de cette partition, aux proportions assez réduites, une sonate à part entière. La ballade de Joseph Suk offre au violon – au demeurant excellent et d’une grande beauté de timbre – un rôle prépondérant : celui de déclamer un grand chant d’amour, avec ses moments de joie, mais aussi de passion plus ténébreuse. C’est la Sonate de Janácek qui m’a paru la moins bienvenue ; dans ses quatre mouvements, l’atmosphère n’est pas toujours aussi sombre que celle dépeinte par Novotny et Holly ; l’anxiété s’ouvre parfois sur des lueurs d’espoir, très faibles il est vrai, mais bien réelles. Une légère restriction qui m’empêche de mettre cet album au même niveau que celui de Remes / Kayahara (Praga), au programme presque identique (voir Classica n°32).
Xavier REY - CLASSICA




26 autres ouvrages proposés: